Gribouillis dans les marges

Agréger

Au commencement, enfin pas longtemps après, il y avait Netscape Communicator, une suite Internet complète intégrant un navigateur, un outil pour créer des pages Web et un autre pour communiquer. Messenger servait à la fois de courrielleur, de client NNTP et d’agrégateur de flux RSS et ATOM. J’avais donc l’habitude de lire dans la même interface mes courriels, les forums et les carnets Web que je suivais (c’était à l’époque bénie de la « blogosphère », désolé pour les non-croulant⋅e⋅s qui n’ont pas connu ça). Lorsque j’ai eu La Révélation en découvrant Mutt, le moins mauvais de tous les courrielleurs, j’ai cherché s’il était possible de l’utiliser également pour lire des flux. Je suis tombé sur feed2imap, un petit outil qui convertit des entrées de flux en messages stockés sur un serveur IMAP. Je l’utilise avec bonheur depuis des années, et consulte ainsi les flux que je suis depuis Mutt. À cette époque, Twitter proposait un flux ATOM des gazouillis de tous nos abonnées. J’ai connecté ce flux à feed2imap et ai pris l’habitude de consulter Twitter depuis Mutt. Jusqu’à ce que, catastrophe, Twitter supprime les flux ATOM. Dans l’urgence, j’ai créé un petit outil pour conserver ma passerelle Twitter vers IMAP et continuer à tout centraliser dans mon Mutt. Je ne donne pas le lien de l’outil, voilà quatre ans que je n’ai pas touché au code et la plupart des bibliothèques qu’il utilise ont disparu, il ne fonctionne plus que par habitude.

Depuis quelques jours, en réponse à un nouveau changement exaspérant de Twitter, la Grande Migration vers son successeur semble enfin avoir commencée. Youpi. En bon mouton, j’ai suivi le troupeau et me suis inscrit sur Mastodon. Malheureusement, l’outil est jeune et ne possède pas encore à ma connaissance d’interface utilisable, mais uniquement des clicodrômes. (en fait, si, il a une interface utilisable, sous la forme d’une API avec laquelle on peut interagir avec curl. curl est probablement le meilleur et le plus utilisable des logiciels clients pour interagir avec le Web, mais c’est un autre débat). J’ai donc perdu quelques heures ce ouikende à créer une passerelle de Mastodon vers IMAP. Je peux désormais lire mes pouets sans sortir de Mutt, ouf !

L’outil est des plus rustique, et je doute qu’il serve à quiconque, mais à tout hasard, je signale ici sa naissance. Comme je ne lis les messages qu’en mode texte, leur affichage est sommaire. Mais si des gens veulent l’utiliser avec un client de messagerie affichant du HTML, créer une jolie version HTML des messages ne devrait pas être trop difficile.

La prochaine étape est d’y porter une amusante fonctionnalité de t2i, qui récupérait le contenu des URL citées dans un gazouillis. Ainsi, lorsque quelqu’un gazouille l’URL d’un article, je peux généralement le lire directement dans Mutt, sans avoir besoin d’ouvrir un obésiciel^Wnavigateur Web graphique.