Gribouillis dans les marges

Brèves de comptoir du 28 janvier 2017

# Société

Derrière un titre et un contenu un peu racoleurs, un article de CNET pose d’intéressantes questions sur l’arrivée prochaines des robots dans nos lits. Avec les progrès de la robotique et de « l’intelligence artificielle », ce type de robot pourrait bientôt sortir du rôle de simples poupées gonflables perfectionnées. Par exemple en devenant des « dames de compagnie » pour personnes seules, programmés autant pour les actes sexuels que pour être présents, attentifs, affectueux. Par ailleurs, la perfection technique de machines spécialisées et capables de s’adapter aux goûts et envies de chacun⋅e⋅s pourrait également modifier notre perception de la sexualité et des rapports de couple. Les robots pourraient aussi permettre d’ouvrir un nouveau « droit à la sexualité » pour chacun et chacune, indépendamment notamment des handicaps physiques et sociaux. L’article n’oublie pas d’évoquer les différents risques du développement de robots de compagnie. Reste une question à peine effleurée, celle du manque de diversité de ces robots : pour l’heure, l’immense majorité sont destinés à des hommes hétérosexuels.

# Numérique

Un des décret signé cette semaine par Trump pourrait permettre aux services étasuniens d’accéder à toutes les données personnelles des citoyen⋅ne⋅s européen⋅ne⋅s confiées à des entreprises US. D’où quelques appels à supprimer toutes nos données stockées sur les serveurs de Google, Facebook, Apple, Microsoft… Appels à mon avis un peu vain, car rien ne garantit que les données supprimées par les internautes soient réellement effacées des disques durs. Récemment, des utilisateurs et utilisatrices de Dropbox ont eu la surprise de voir réapparaitre des documents qu’illes pensaient avoir supprimés depuis des années. Dropbox plaide le bug n’affectant que quelques documents. On n’est pas obligés de les croire…

# Technologie

Luís Miguel, auteur de nombreuses extensions populaires pour Firefox, jette l’éponge et abandonne leur développement. En cause, le prochain remplacement des anciennes technologies pour faire des extensions par une nouvelle, WebExtensions. Il doute que celle-ci soit suffisamment puissante pour permettre de développer toutes les fonctionnalités actuellement offertes par ses extensions. Surtout, cela demanderait énormément de travail. Or, il vient déjà de travailler pendant un an et demi à une ré-écriture complète de ses extensions pour les rendre compatibles avec Electrolysis. À peine avait-il fini cette ré-écriture que Mozilla annonçait un changement de technologie, qui l’obligerait à tout recommencer. Les extensions étaient un des points forts de Firefox, un de ses avantages définitifs sur ces concurrents pour les gens qui ne choisissent pas leur navigateur uniquement pour des motifs éthiques. En s’alignant sur ce que font les autres, Firefox va perdre un de ses principaux avantages. Et des nombreux membres de sa communauté, lessivés par les incessants revirements de Mozilla. Une bien triste histoire ma bonne dame.

{static is} The New Dynamic est un site de promotion de l’utilisation de générateurs de sites statiques.