Gribouillis dans les marges

Rire

Citation(s) extraite(s) de «  » par the Toggl Goon Squad

You need to rescue the princess with code - but sometimes your code doesn’t work and the princess is a dragon and you’re a fish. Welcome to programming.

Citation(s) extraite(s) de «  » par Mère Teresa

As a Princess, I want to stay in my castle, chilling/programming on my computer without be interrupted by a man pretending to save me !

Voilà le genre de média que j’aurais pris il y a quelques années pour une blagounette amusante, qui ne m’amuse plus vraiment aujourd’hui, et qui j’espère me fera à nouveau rire demain.

On peut rire de tout, mais pas dans n’importe quel contexte. Le rire est une arme comme une autre, qui peut servir à libérer, ou à maintenir un joug, une oppression. Cette planche véhicule quelques clichés, et les véhiculant, les entretient. Le milieu du développement logiciel souffre d’être très majoritairement masculin et inhospitalier aux femmes. Dans un contexte pareil, utiliser des clichés comme celui du chevalier vaillant sauvant une princesse passive, ce n’est pas du second degré. C’est juste une mini-agression contre les femmes, un rappel de leur place dans l’imaginaire de nombre de développeurs.

J’ai longtemps ri de ce genre de « blagues ». Elles me font encore parfois sourire. Il est dur d’admettre qu’en riant, on oppresse. Il est plus simple de se réfugier derrière le second degré, la liberté de moquer, le refus du politiquement correct. C’est un difficile travail à faire sur soi-même pour ne plus rire aux blagues sexistes, racistes, etc. Mais c’est un travail indispensable. Parce qu’une fois que nous l’aurons effectué, une fois que nous en aurons fini avec les discriminations, l’oppression des un⋅e⋅s par les autres, alors nous pourrons à nouveau rire, rire à gorge déployée, rire de tout pour conjurer le désespoir, rire tout seul ou avec les autres, mais pas à leurs dépens.

En attendant, chaque fois que nous verrons passer ce genre de « blagues », entraidons-nous pour ne plus en rire. Sans agresser ceux qui rient, nous riions avec eux hier, mais sans céder sur l’importance de ne pas prendre ça à la légère. Le chemin est difficile, mais j’ai hâte de pouvoir à nouveau m’esclaffer.

PS: on notera que cette planche participe également de la dépréciation de PHP (je connais bien, je pratique régulièrement ce sport), au nom d’une hiérarchie entre développeurs selon le langage de prédilection. Pas le meilleur moyen de rendre le milieu de l’informatique plus ouvert et accueillant.