Gribouillis dans les marges

Ces algorithmes qui gouvernent nos vies

Deux articles de Rue 89 permettent de donner une illustration concrète de la formule parfois un peu absconse « Le code fait loi ». Ils expliquent comment sont traitées les demandes des lycéens pour leur parcours scolaire après le Bac. Choisir les études que l’on fera est un moment capital de sa vie, un choix qui pour beaucoup aura une forte influence sur le reste de leur vie. Or, cette décision échappe pour partie aux lycéens et aux lycéennes. Pire, elle est prise de manière parfaitement opaque. Les lycéen⋅ne⋅s se contentent de formuler une série de vœux, mais c’est un algorithme qui décide à leur place de leur orientation, en fonction de leurs vœux, mais aussi de nombreux autres critères et parfois du hasard. Que chacun⋅e ne puisse suivre les études dont ille rêve est une sacré remise en cause des valeurs affichées au fronton de la république, liberté de choisir sa vie, égalité des chances (les jeunes dont les parents ont les moyens pourront suivre les formations qu’ils veulent dans des établissement privés ou à l’étranger) et fraternité. Mais que l’algorithmes et les critères le nourrissant ne soient pas connus est tout autant scandaleux : dès lors, nul⋅le ne sait à quelle sauce ille sera mangé, l’orientation n’est qu’une boite noire ne permettant pas de comprendre des décisions essentielles nous concernant et laissant planer des doutes sur l’impartialité du processus : tout se passant dans une parfaite opacité, comment être certains que les mêmes règles s’appliquent à tou⋅te⋅s ?

Le code fait loi. Un algorithme n’est qu’un ensemble de règles établies par des humains, ça n’est pas une formule magique élaborée par une intelligence cybernétique extérieure à notre contrôle. Ces règles, ces algorithmes, gouvernent nos vies. Il est donc essentiel de pouvoir au minimum en prendre connaissance et avoir les outils pour comprendre leur fonctionnement.

Sources :