Gribouillis dans les marges

La culture de nos vingt ans

Je découvre via un article des Échos une théorie liant nos pratiques culturelles à un effet générationnel :

Le sociologue Bernard Préel avait expliqué dans son livre « Le Choc des générations » (La Découverte, 2000) que les pratiques culturelles persistent lorsqu’on vieillit : « Loin de se "ranger", on persévère » Les générations qui allaient beaucoup à la messe dans leur jeunesse y vont encore souvent à la retraite. Celle qui a passé ses 20 ans à l’époque où le rock est devenu populaire continue d’écouter du rock à 60 ans, contrairement aux précédentes.

Le livre étant paru à une époque où le Web était moins développé qu’aujourd’hui, j’en ai trouvé peu de recensions qui développeraient cette théorie, hormis cette analyse(PDF) par Pierre F. Gonod :

(…)

Bien que chaque génération ait tendance à "persévérer dans son être" et ses croyances, la société est susceptible de changer rapidement. L’explication est une idée simple, troublante et provocante que développe la théorie des générations : "le changement en cours découle du renouvellement des générations ; chaque nouvelle génération dépasse son aînée, allant parfois jusqu’à rompre avec elle, et demeure par la suite fidèle à l’innovation jusqu’au terme de sa vie". Cette dialectique de la stabilité et du changement repose sur trois hypothèses. La première est que chaque génération se forge ses valeurs, son code culturel, son système de références au cours de sa période d’initiation. La seconde est que le contenu de ses valeurs est façonné par les conditions prévalant lors de cette période d’initiation. La troisième est que, pour l’essentiel, chaque génération semble demeurer fidèle aux valeurs acquises au cours de son initiation. Dès lors l’âge ne jouerait pratiquement aucun rôle. L’explication majeure réside ailleurs : les valeurs se déplacent de génération en génération.

Je n’écoute pratiquement plus de musique depuis fort longtemps, depuis que l’ADSL a mis le grappin sur mon temps de cerveau disponible, mais le peu que j’entend me donne l’impression que musicalement, il ne s’est rien passé depuis 20 ans. Des artistes continuent à faire vivre la chanson à texte, le rock sous toutes ses formes, probablement la pop… Mais j’ai l’impression qu’on n’invente plus rien. À moins que ça ne soit qu’un effet de génération, et que je sois incapable d’accorder la moindre valeur artistique à toute forme de culture qui s’éloigne de celle dans laquelle je baignais lorsque j’avais vingt ans dans ma tête…