Gribouillis dans les marges

Ériger des tabous pour interdire la réflexion

Pour avoir osé prononcer Vichy, Cécile Duflot se fait agonir d’injures par ceux-là même qui utilisaient le même argumentaire du temps où le PS n’avait pas encore repompé tout le programme de Nicolas Sarkozy. Mais au-delà des manœuvres politiciennes, le tabou autour de la simple évocation du régime de Vichy empêche dangereusement de réfléchir

Citation(s) extraite(s) de «  » par Jérôme Latta

Cet interdit contribue à faire de la période des fascismes une période hors-sol, sans origines ni descendances. D’une part, il entretient la propension de la nation française à rejeter dans l’exceptionnel et l’anormal les périodes honteuses de son histoire, à les mettre sous scellés en interdisant leur examen et celui des responsabilités afférentes. D’autre part, en cette période où la résurgence des extrêmes droites appelle vigilance et résistances, où se "libère" une parole xénophobe, nationaliste et réactionnaire, refuser de considérer les enseignements du passé devient particulièrement problématique.